Eva : Les voilà donc ces livres de voyages, ces cartes que notre pauvre Georges parcourt sans cesse.

Voyage à travers l’impossible