Au mois de septembre 185., j’arrivais à Francfort-sur-le-Main.

Un drame dans les airs