Ce jour-là – vers la fin du mois de septembre, il y a de cela déjà bien longtemps –, un riche équipage s’arrêta devant l’hôtel du vice-amiral commandant la place de Toulon.

La Destinée de Jean Morénas