Voici quelques chansons très courtes qui figurent dans l’œuvre de Jules Verne.

Oncle Robinson

Une chanson que chante Flip, très heureux de voir que M. Clifton a de l’amadou dans sa poche :

Il a de l’amadou,
Le brave, le digne homme
C’est à devenir fou !
Il a de l’amadou !

Un capitaine de quinze ans

À la fin de vol. 2, ch. 7, il y a un chant des esclaves, dont le contenu est rendu en français, mais non en vers :

Vous m’avez renvoyé à la côte, mais, quand je serai mort, je n’aurai plus de joug, et je reviendrai vous tuer !

Famille-Sans-Nom

Maître Nick se moque de Lionel avec son « feu follet » :

Allons, gai, compère lutin !
Allons, gai, mon cher voisin…

Dans vol. 1, ch. 7, une chanson de Lacasse, un marin franco-canadien du Saint-Laurent :

En revenant des noces,
J’étas bien fatigué,
À la clare fontane,
J’allas me reposer…

[…]

À la clare fontane,
J’allas me promener !

Dans vol. 1, ch. 11, pendant les festivités de la ferme de Chipogan :

Dansons à l’entour,
Toure-toure,
Dansons à l’entour !

Le Château des Carpathes

Dans Le Château des Carpathes, il y a deux strophes en italien. Dans ch. 9, La Stilla joue le rôle d’Angelica dans l’opera Orlando d’Arconati. Elle meurt après avoir chanté ces vers :

Innamorata, mio cuore tremante,
Voglio morire …

Il paraît que le personnage Angelica, l’opera Orlando et le compositeur Arconati ont été imaginés par Jules Verne, dans le but de créer l’archetype de la cantatrice italienne. C’est peut-être aussi le cas pour les deux vers dans ch. 10 :

Nel giardino de’ mille fiori,
Andiamo, mio cuore …

Mirifiques aventures de Maître Antifer

Une chanson courte et drôle par Pierre-Servan-Malo Antifer, qui a enfin obtenu la longitude qui va lui permettre de trouver un trésor (vol. 1, ch. 8).

J’ai ma lon…
lon la !
J’ai ma gi…
lon li !
J’ai ma gi… j’ai ma longitude !

Dans le chapire suivant, Antifer répète la chanson et son ami Gildas Trégomain la chante avec lui :

Oui… sa gi… Oui sa longitude !…

Enfin, dans vol. 2, ch. 15, Trégomain répète la chanson avec une variation :

J’ai la lon…
lon la !
J’ai la gi…
lon li !
J’ai la gi… j’ai la longitude !